Reconversion : l'interview des fondatrices de Désirée

Audrey et Mathilde, les fondatrices de Désirée, partagent leur expérience de reconversion ! 

Que faisiez-vous avant de créer Désirée ? 

Après des études de droit et de commerce, nous avons commencé comme acheteuses de fromage AOC dans une enseigne de grande distribution ! Rien à voir avec les fleurs, mais cela nous a tout de même beaucoup sensibilisées au sujet des filières : nous avons passé beaucoup de temps auprès de producteurs et sommes tombées amoureuses du travail agricole. 

Quelles démarches avez-vous entrepris au début de votre reconversion ? 

Nous avons commencé par nous renseigner beaucoup sur le métier, et nous avons décidé de chercher une structure d'encadrement pour nous rassurer. Nous avons identifié BGE, qui accompagne notamment des artisans et a un réseau d'agences à travers toute la France. 

Quelle formation avez-vous décidé de suivre ? 

Nous avons toutes les deux suivi la formation reconversion à l'Ecole des Fleuristes de Paris en 2014 et 2016. D'une durée d'un mois complétée de deux semaines de préparation au CAP, cette formation permet d'aborder les bases des techniques, mais il est indispensable d'effectuer des stages pour compléter la formation. A l'époque, peu d'attention était apportée à la saisonnalité et à la provenance des fleurs, mais les choses changent doucement à mesure que le Collectif de la Fleur française est de plus en plus invité à intervenir dans les formations, et que les professeurs questionnent leur approvisionnement. 

Concrètement, combien de temps cela a-t-il pris ? 

Mathilde : notre projet est né en 2014. Après une formation reconversion, j'ai commencé à travailler le week-end chez des fleuristes. L'idée était de monter en compétences, mais aussi de vérifier que ma vie personnelle pouvait encaisser la vie d'entrepreneur et de ne pas perdre mon conjoint au passage. Ca s'est très bien passé, mais mieux vaut toujours vérifier ! 

Audrey : pour moi, tout est allé un peu plus vite. J'ai fait une formation reconversion en 2016 et ai complété par pas mal de stages avant de me lancer à mon compte.

Nous sommes ensuite rentrées en 2016 en couveuse d'entreprise et avons monté Désirée en 2017. 

Avez-vous rencontré des obstacles durant votre reconversion ? 

Nous, non. Il faut dire que nous avons été énormément soutenues par nos proches et nous avons toujours cru à notre projet. Cela dit, beaucoup de fleuristes reconverti.es autour de nous ont dû faire face aux doutes de leur entourage. L'essentiel c'est de bien se renseigner avant, faire des immersions ou des essais et surtout d'avoir confiance ! 

Quel parcours de stages recommandez-vous ? 

Il ne faut pas négliger les enseignes classiques et les franchisés : on y apprend la rigueur et la rapidité, deux compétences essentielles pour donner ensuite libre cours à sa créativité ! 

Avez-vous passé le CAP fleuriste ? 

Les épreuves du CAP demandent des connaissances pas forcément nécessaires à notre vision de l'exercice du métier : en ne travaillant que des produits locaux et de saison, il n'est pas très utile de connaître toutes les fleurs et plantes exotiques... Nous avons donc décidé de n'envoyer qu'une de nous deux passer le diplôme, pour ne pas se farcir doublement la tête. C'est tombé sur Mathilde, qui était la plus partante des deux pour le bachotage !  

Mais pour se lancer, faut-il un diplôme ? 

La profession n'est pas règlementée et un diplôme n'est pas obligatoire, contrairement par exemple aux coiffeurs qui doivent avoir un Brevet Professionnel pour ouvrir un salon ! En revanche, il est utile d'avoir au moins un CAP pour tous les projets qui nécessitent de l'investissement : pour accorder un prêt, les banques ont tendance à exiger un CAP... D'ailleurs, une banque a refusé de financer notre première boutique au motif que seule Mathilde avait passé un CAP fleuriste.

Quelle est la part de reconverti.e.s dans l'équipe ? 

Notre équipe est constituée à quasi 100% de reconverti.es : toustes ont fait des études différentes avant de se lancer dans la fleur. Cela nous interroge beaucoup sur la valorisation du métier de fleuriste et des métiers de l'artisanat en général... mais cela fera l'objet d'un article à part entière ! 

Parlez nous de l'atelier "reconversion fleuriste" que vous proposez une fois par mois

C'est notre atelier préféré ! Il dure deux heures (et déborde souvent) et a lieu un samedi par mois. Nous y recevons un petit nombre de participant.e.s et commençons par un tour de table pour pouvoir nous adapter aux projets de chacun.e. Nous y évoquons les différentes formations disponibles, les multiples façons d'exercer le métier de fleuriste et parlons également en toute transparence de comment gagner sa vie tout en pratiquant l'art floral de la manière la plus écoresponsable possible. Nous adorons ces moments de rencontres et d'échanges ! 

Découvrez notre atelier "Reconversion Fleuriste" !
Fermer (esc)

OPTIMISER VOTRE NAVIGATION

Notre site est optimisé pour Google Chrome et Firefox, l'utilisation d'Internet Explorer ou d'une ancienne version de votre navigateur ne vous permettra pas de sélectionner un créneau de livraison ! 

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique